UA-64077478-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nouvelle

  • EMBRIGADAR/EMBRIGADER

    Trobat dens lo n°5 de la revista Òc de la prima de 1972, Tracts, un tèxte de Bernat Manciet, qui retreneish de tot çò qui hè uei l’actualitat : quin pòden embrigadar òmis joens, a còps gojats de fresc sortits de l’adolescéncia, dens la luta armada, dens la holia fondamentalista e murtrèra, au nom d’ua religion dont non coneishen pas briga las honts, las miras, los sons tèxtes fondators, la soa istòria.

     

     «  Te vau explicar, l’òme com lo gahan. Dab un miralh e la nueit. Quan lo hum es espés e lo teulat baish. Quan s’estupa la lutz. Quan bohan pas mes adaise. Quan nadan devath la nueit, devath l’aiga… Tira-te en darrèr. Car tu qu’ès lo bòrd haut de l’aiga, per l’òme. Alavetz, los uelhs burlats, lo cap trencat d’estadí’s, de traversar la nueit, cau que sàbia eth que t’espia, darrèra lutz. Aluca los veires d’alcoòl, entà que ton cap lusissi mes qu’eth. E l’òme, se sorritz, sorritz tu tanben. Se parla, parla tu tanben. Un chic mes negre qu’eth, parla, entà que crédia qu’es eth lo qui parla enqüèra. Sis las sobras de son espiar, las sobras de sons mots, las sobras de sons silencis, los sobras de son anar cap a tu, e de son arrecular de tu. Atén lavetz quate òras, entà qu’a l’auba eth preferissi ta cara. Atén cinc òras, car a cinc òras deu matin, des lo negre, loss còrs se vòlen mau, mès la bontat qu’apròpria las caras. E que nèga los còrs. Atenis pas mes. Vè-te’n. Sens te pressar. Geta-li ua carta de visita que sia pas la tua. Car la maja causa, es pas eth qu’agi un frair, la maja causa es que tu, dinc au jorn dit, n’agis pas nat. Triomfalament. »

     

    Trouvé dans le n°5 de la revue Òc du printemps 1972, Tracts, un texte de Bernard Manciet, qui retentit de tout ce qui fait aujourd'hui l’actualité : comment peut-on embrigader des hommes jeunes, parfois des jeunes hommes fraîchement sortis de l’adolescence, dans la lutte armée, dans la folie fondamentaliste et meurtrière, au nom d’une religion dont ils ne connaissent rien de ses origines, ses buts, ses textes fondateurs, son histoire.

     

     « Je vais t'expliquer, comment on attrape un homme. Avec un miroir et la nuit. Lorsque la brume est épaisse et le plafond bas. Quand s'éteint la lumière. Quand on ne souffle pas facilement. Quand on nage dans la nuit , sous l'eau… Recule. Car tu es le bord élevé de l’eau, pour l'homme. Alors, les yeux brûlés, la tête brisé de fatigue, de traverser la nuit, il faut que tu saches que lui il t'épie, la lumière ultime. Allume les verres d'alcool, pour que ta tête brille plus que lui. Et l’homme, s'il sourit, souris toi aussi. S'il parle, parle toi aussi. Un peu plus sombre que lui , parle, pour qu'il croie que c'est lui qui parle encore. Sois les restes de son  regard, les restes de ses mots, les restes de ses silences, les restes de sa démarche vers toi, de son recul. Attends donc quatre heures, jusqu'à l'aube quand il préfèrera ton visage. Attends cinq heures, car à cinq heures du matin, dans l'obscurité,

    les corps se veulent du mal, mais la bonté s'appropient les visages. Et noient les corps. N'attends plus. Va-t'en. Sans te presser. Jette lui une carte de visite qui ne soit pas la tienne. Car la chose essentielle, c'est qu'il n'est pas un frère, la chose importante, jusqu'au jour donné, tu n'en aies aucun. Triomphalement. »