UA-64077478-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • PLOJA E PLOJAS // PLUIE ET PLUIES

    Ploja e plojas

     

    Qu’èi trobat en passar las pajas dens lo n°3/4 – 1977 de la revista Reclams, dens la rubrica « Qu’auem legit », tienuda per l’abat Saint-Bézard, ua recension de La Pluja e Lo Camin[1] de tèrra, las duas novèlas celèbras (uei lo dia bèth drin inconegudas peus navèths legedors), de Bernat Manciet, qui sortín de publicar Per Noste, en 1976, dens la colleccion « Pròsas gaconas ». Çò d’estonable qu’ei la faiçon de Saint-Bézard de véder l’univèrs de l’autor de Lo Gojat de Noveme[2]. Nat vision de la lenga de Manciet, tirat l’aspècte estrictament lingüistic : « La lengo de Manciet d’uo grana riquesso e pleo de mouts esquers, qui estouno lou legidou de la plano ou de l’arribèro… Lous editous qu’an boutat un lexique (sic) à la fin, mès qu’y mancon mouts (clinhotròt ; haubian ; transbalojar ; pimpiulas…), çò qui rend la leituro mau-aysido. »

    Saint-Bézard que’s ditz lo recit mes jamei non « gausa » dar lo son punt de vista sus la « poetica » qui trauca tota l’òbra en pròsa de Manciet ; lo son ritme, la soa soa musica celada e dita, qui hèn que tota òbra de l’autor gascon ei sostenuda peu poèta e non pas com s’ac creden hèra de comentators e critics, peu prosator. De segur, los Casaus perduts[3], que son, que m’ac disó eth medish, contes moraus, soventòtas crudèus qui’ns muishan quin l’òmi e pòt estar dur, maishant, pervèrs e a còps, rtà sauvar l’umanitat de la negror e deu desespèr, umans e doç dab los sons « semblables ».

    Quan ne parla, Saint-Bézard que’n hè un sembla antropològue deu Haut-Lana — de segur que n’ei tanben, entad aquò har que’vs cau léger, per exemple, Le Triangle des Landes[4] o La Maison de la lande[5] — com estosse l’observator avisat d’un monde qui despareish chic a chic : « [] Las duos noubèlas que son consacradas à la Lano, la dous piadas, de la soulitut, dou trabalh peníble d’uo bito en pleo transfourmacioun, dab arressegàyres, pelàyres de pins, mulatès… » Non sei se Saint-Bézard avè lejut la poesia de Manciet, se coneishè Lo Gojat de Noveme. Vertat qu’ei, Manciet qu’avè deishat los Reclams tà juntar la revista Òc e l’I.E.O., despuish l’acarada literària qui avó dab Simin Palay, dens las prumerias de las annadas cinquanta. Que i denonciava lo conformisme literari deu « capdau » Palay e, mei que mei, la soa vision « conservadora » de la joenessa, la navèra generacion qui vienè de vàder, après la guèrra. Dens la recension de Saint-Bézard que cercam, en vaganaut, l’esperit critic qui fonda tota critica literària. Totun, shens ac voler, que mentau la frasa clau de La Pluja : «  En sui harta, de’queth cèu. Cèu talament samarit, arit, que lo pòden pas alenar. » E òc, la ploja, aquera terrible ploja qui jamei non vòu deishar de negar la tèrra e los òmis. Que pensi a çò que disó Bernat Manciet de la ploja : « qu’ei ua confidéncia de gojata… » Que i a ploja e plojas !

     



    [1] Bernat Manciet, La Pluja e Lo Camin de tèrra, coll. pròsas gasconas, edicions Per Noste, 1976

    [2] Bernat Manciet, Lo Gojat de noveme, edicions Reclams, 2003

    [3] Bernat Manciet, Casaus perduts, edicions Reclams, 2005

    [4] Bernat Manciet, Le Triangle des Landes, éditions In8, 2005

    [5] Bernat Manciet, La Maison de la Lande, éditions In Octavo, 2003.

     

     

    Ploja e plojas

     

    J'ai trouvé, en feuilletant  le n°3/4 – 1977 de la revue Reclams, dans la rubrique « Qu’auem legit » (nous avons lu), tenue par l’abbé Saint-Bézard, une recension de La Pluja e Lo Camin[1] de tèrra (La Pluie et Le Chemin de terre), les deux célèbres nouvelles aujourd'hui sans doute inconnues par les nouveaux lecteurs de la prose occitane contemporaine), de Bernard Manciet, qui venaient de publier Per Noste, en 1976, dans la collection « Pròsas gaconas ». Ce qui est fort étonnant c'est la façon de Saint-Bézard de voir l’univers de l’auteur du Lo Gojat de Noveme[2]. Nulle vision de la langue de Manciet, excepté bien sûr l’aspect strictement linguistique : « La langue de Manciet d’une grande richesse et pleine de mots difficiles qui étonne le lecteur de la plaine ou des rives du gave. Les éditeurs ont  ajouté un lexique (sic) à la fin, mais il y manque mots  comme (clinhotròt ; haubian ; transbalojar ; pimpiulas…), ce qui rend sa lecture malaisée.»

    Saint-Bézard nous (ra)conte le récit mais jamais il n'ose donner son point de vue sur la « poétique » qui traverse toute l’œuvre en prose de Bernard Manciet ; son rythme, sa musique cachée et exprimée, qui font de toute œuvre de l’auteur gascon est soutenue par le poète et non pas, comme le croient nombre de commentateurs et critiques, par le prosateur. Bien sûr, les Casaus perduts[3] sont, il me le dit à Trensacq, des contes moraux, souvent cruels qui nous montrent comment l’homme peut être dur, méchant, pervers et parfois, pour sauver l'humanité de la noirceur et du désespoir, humains et doux avec ses « semblables ».

    Quand il en parle, Saint-Bézard en fait un pseudo anthropologue du Haut-Lana (la haute lande) — bien sûr qil en est aussi, pour ce faire il vous faut lire, par exemple, Le Triangle des Landes[4] o La Maison de la lande[5] — comme s'il était l’observateur avisé d’un monde qui disparaît lentement : « [] Les deux nouvelles sont consacrées à  la Lande, celle des pignadars, de la solitude, du travail penible d’une vie en pleine transformation, aavec ses scieurs de long, écorcheurs de pins, mulatiers… » Je ne sais pas si Saint-Bézard avait lu la poésie de Manciet, s'il connaissait Lo Gojat de Noveme. Il est vrai, que Manciet avait laissé les Reclams pour rejoindre la revue Òc et l’I.E.O., depuis la confrontation littéraire qu'il eut avec Simin Palay, dans les premiers temps des années cinquante. Il y dénonçait le conformisme littéraire du « capdau » (président) Palay et, particulièrement,sa vision « conservatrice » de la jeunesse, la nouvelle génération qui venait de naître, après la guerre. Dans la recension de Saint-Bézard nous cherchons en vain, l’esprit critique qui fonde toute critique littéraire. Néanmoins, sans le vouloir il cite la phrase clé de La Pluja : «  Je n'en peux plus, de ce ciel. Ciel tellement moisi, stérile et desséché, que nous ne pouvons pas respirer. » Et oui, la pluie, cette terrible pluie qui jamais ne veux arrêter de noyer la terre et les hommes. Je pense à ce que me dit Bernard Manciet de la pluie : « c'est une confidence de jeune fille… » Il y a pluie et pluies !