UA-64077478-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • OBRIR PÒRTAS E FRINÈSTAS

    OBRIR PÒRTAS E FRINÈSTAS !

     

     

    Que vienem de hestejar lo centenari de l’òrre començament de la prumèra Guèrra mondiau e, de segur, au nom de la terribla mortalha a l’escadença de la quau milèrs de milèrs d’obrèrs e paisans de França, mes tanben de çò qui aperavan, d’autes còps, l’Empèri francés (lo men granpair, com los oncles de la mia granmair, que s’i hasón capvath França e tanben hòra de França dens los Balcans), e combatón, e sovent morín, suu front de la vergonha universau. Tot an, adara, França que hè nèisher un anniversari de mei. Au mes de junh passat, qu’estó lo setantau anniversari deu desbarcament sus las peladas de Normandia, en aost, lo deu desbarcament sus las peladas de Provença on lo men pair arribè eth tanben dab hèra d’autes. Qu’ei atau, l’actualitat nosta qu’ei ritmada per anniversaris e centenaris. Los govèrns que semblan desirar arrestar drin lo temps e, atau, educar los ciutadans, qui n’an pas guaire de memòria o non n’an pas mei guaire. Tot que s’esvaneish dens lo zapping mondializat…

    Delager, que trobèi un article de Bernat Manciet, dens la revista Òc, n° 208-209-210 (abriu-decembre 1959), qui hestejava la Renavida occitana (1859-1959) dab l’espelida deu Felibritge. Robèrt Lafont qui i parlava deu Felibritge, C. Camprós de la pròsa, A.-J. Boussac deu teatre, P. Lagarda de las ideologias, M. Carrièras de la lenga e enfin F. Castan e I. Roqueta de la poesia. Bernat Manciet que ditz, eth, com a l’acostumat, lo son mot contestatari, que diserí situacionista (plan abans, solide, lo manifèste de Guy Debord), en se trufant deus centenaris. Un còp de mei, que shaca tot çò qui’u sembla relhevar d’un conformisme borgués e francés qui l’occitanisme fresc vadut e riscaré de préner com exemple. Que questiona la literatura occitana despuish l’aviada de la Renavida, mei que mei l’òbra de Mistral, au par de la literatura francesa e internacionau. Manciet, com tostemps, qu’obreish pòrtas e frinèstas de la maison occitana entà i deishar entrar tots los vents de la modernitat contestària.

     

     « Los qui aiman los enterraments, les es convenent tanben los centenaris. Qui mès es, centenaris que se pòden multiplicar : centenari de la neishença, deu cap d’òbra, de la mòrt… centenari, cent cinquantenari… E tot an que hèm centenaris, dempuish 1945 : un deu Goethe, un deu Mozart, dus de Victor Hugo, un de la Revolucion de 1948, un de las aparicions de Lorda. E adara lo rèsta deus escurs : lo centenari de Mirèlha.

     

    Qu’es de remercar que los centenaris pòrtan pas arren de nau au subjècte deus centenarizats. Centenarizan pas jamès que questions agotadas. Lo mès sovent, los centenaris cantan pas que la glòria deu petit costat, — deu mès popular de las causas : lo Faust de Gounod, la Mirèlha deu Mistral, e pas jamès las Fleurs du mal o lo Ròse, qui totun per la portada ò per la concepcion, van hòrt mès lunh. Un centenari es ua hèsta populara de la borgesia. Au mens nosautes, occitans, nos deishem pas mistificar. Espiem onèstament çò qui damòra de viu, après cent ans, de l’òbra de Mistral. E perqué n’es damorat. Espiem los limits de la sua influéncia dens la literatura occidentala. Espiem que las Fleurs du mal son de 1857 e Mirèlha de 1859… Espiem qu’au moment ont Mistral n’es a Lamartine, ont n’es lo Tòlstoi, e l’Ibsen, e lo Witman… Mès onestament enqüèra : çò que divem nosautes, escriveires d’òc, a la Mirèlha de Provença ? E nosautes òmis joens deu nòste grand sègle, qui an besonh de Phèdre de Racine e d’automobila, e podem víver sens la Mirèlha ? Tot çò de mès : supersticion. »

     

     

     

    OUVRIR PORTES ET FENÊTRES !

     

     

    Nous venons de célébrer le centenaire de l’horrible commencement de la première guerre mondiale ; bien sûr, au nom du terrible massacre qui a vu des milliers de milliers d’ouvriers et de paysans de France, mais aussi de ce que l’ont appelait, autrefois, L’Empire français (mon grand-père, comme les oncles de ma grand-mère, qui combattirent au nord de la France mais également hors de France dans les Balkans) ; ils moururent souvent sur le front de la honte universelle. Chaque année, maintenant, la France fait naître un anniversaire supplémentaire. Au mois de juin dernier, on a célébré soixante-dixième anniversaire du débarquement sur les plages de Normandie ; en août, celui du débarquement sur les plages de Provence où mon père sauta lui aussi avec bien d’autres. C’est ainsi, notre actualité est rythmée par des anniversaires et centenaires. Les gouvernements semblent vouloir arrêter quelque peu le temps, et, ainsi, éduquer les citoyens, qui ont peu de mémoire ou n’en ont plus. Tout se dissout dans le zapping mondialisé…

     

    Avant-hier, j’ai trouvé un article de Bernard Manciet, dans la revue Òc, n° 208-209-210 (avril-décembre 1959), qui célébrait la Renaissance occitane (1859-1959) avec la naissance du Félibrige. Robert Lafont y parle du Felibrige, C. Camproux de la prose, A.-J. Boussac du théâtre, P. Lagarde des idéologies, M. Carrières de la langue et, enfin, F. Castan et Y. Rouquette de la poésie. Bernard Manciet dit, lui, comme à son habitude, son mot contestataire, je dirais situationniste (bien avant, bien sûr, le manifeste de Guy Debord), en se moquant des centenaires. Une fois encore, il dénonce  tout ce qui relève d’un conformisme bourgeois et français que  le jeune mouvement occitaniste risquerait de prendre pour exemple. Il questionne la littérature occitane depuis l’avènement de la Renaissance, tout particulièrement l’œuvre de Mistral, face à la littérature française et internationale. Manciet, comme toujours, ouvre portes et fenêtres de la maison occitane pour y laisser entrer tous les vents de la modernité contestataire.

     

     

     

    « Ce qui aiment les enterrements, apprécient les centenaires. Qui plus est, les centenaires peuvent se multiplier: centenaire de la naissance, du chef d’œuvre, de la mort… centenaire, cent cinquantenaire… Et chaque année nous faisons des centenaires, depuis 1945 : un pour Goethe, un pour Mozart, deux pour Victor Hugo, un pour la Révolution de 1948, un pour les apparitions de Lourdes. Et maintenant le reste des plus obscurs : le centenaire de Mireille.

     

    Il faut remarquer que les centenaires n’apportent rien de nouveau au sujet des « centenarisés ». Nous ne « centenarisons » plus que des questions épuisées. Le plus souvent, les centenaires ne chantent que la gloire du petit côté, — de la plus populaire des choses : le Faust de Gounod, la Mireille de Mistral, et jamais les Fleurs du mal ou le Rhône, qui pourtant par la portée ou par la conception, vont bien plus loin. Un centenaire est une fête populaire de la bourgeoisie. Au moins, nous, occitans, nous ne laissons pas mystifier. Regardons honnêtement ce qui reste de vivant, après cent ans, de l’œuvre de Mistral. Et pourquoi est-il resté. Regardons les limites de son influence dans la littérature occidentale. Voyons que les Fleurs du mal sont de 1857 et Mireille de 1859… Voyons qu’au moment où Mistral en est à Lamartine, où en est Tolstoï, et Ibsen, et Whitman… Mais honnêtement encore : ce que nous devons, écrivains d’oc, a la Mireille de Provence ? Et nous, hommes jeunes de notre grand siècle, qui avons besoin de Phèdre de Racine e d’automobile, pouvons-nous vivre sans Mireille ? Tout ce qui vient de surcroît : superstition. »