UA-64077478-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • SUU MUS !

     

    SUU MUS !

     

    Que i a un libe, un sol, qui lejoi e tornèi léger, a tau punt que n’arribèi a n’apréner bèths tròç. Qu’èra en jo e qu’èri en eth. Vertat que d’autes libes e m’esmavón, com Le Pèlerinage aux sources (1) qui estó lo men prumèr viatge. Mes dab L’Espoir (2) de Malraux, qu’èra ua auta istoèra. Qu’èri Mangin o Vargas, que lutavi, dab las Brigadas Internacionaus, las tropas franquistas e los lors aliats italians.

    Quauques linhas que’m tornan : « Ils attaquaient sur tout le front, plus de cinquante en ligne, d’un bout à l’autre de l’horizon voilé et dévoilé par l’intermittence de la neige.» Qu’anavi, hidançós, dab lo batalhon Thaelman combàter e véncer lo fascisme… Totun, ne’m mautavi pas de la mea crampa on a còps un arrai de lua esbarrit e bruslava lo men saunei.

    Ger matin, que pensèi ad aqueth cap d’òbra de la literatura francesa. Que’m contava, un còp de mei, ua guèrra cascanta qui continuè, après la soa fin, a har victimas de l’auta part de las nostas montinas. Aqueth libe que’m revelè quauquarren : que la mea vita e seré poblada dab libes, gadiada a l’escritura, shens que coneishossi a de bonas lo son messatge celat.

    Dus dias de seguida, Pau qu’a arcuelhut la totalitat de la pensada francesa e parisiana... Perqué non ? N’ajam pas paur deus nostes mots e deus lors. La literatura qu’ei devienguda, era tanben, ua estranha mercaderia. N’èi pas jamei imaginat que se n’escapèsse.

    Per venciva, qu’existeish autors qui, dens la seguida de Malraux, e hèn aunor a la literatura e’vs dan un gran patac au vente. E lhèu suu mus ! Que’n citarèi quate: Pierre Bergounioux, Annie Ernaux dont sòrti de léger lo son cinglat Les Armoires vides (3), enfin, Bernat Manciet e Max Roqueta, tots dus partits tà l’aute monde, a qui devi d’aver tostemps ensajat... Arrés ne’n parla o quan ac hèn, qu’ei tà negà’us dens la gorga hastiala d’un regionalisme de corta vista.

     

     

    Dans la gueule !

     

    Il y a un livre, un seul, que j’ai lu et relu, à tel point que j’en suis arrivé à en mémoriser des passages. Il m’habitait et je l’habitais. Certes, d’autres livres m’émurent. Le Pèlerinage aux sources (1) fut pour moi mon premier voyage. Mais L’Espoir (2) de Malraux était une autre histoire. J’étais Mangin ou Vargas. J’affrontais, avec les Brigades Internationales, les troupes franquistes et leurs alliés italiens.

    Quelques lignes me reviennent : « Ils attaquaient sur tout le front, plus de cinquante en ligne, d’un bout à l’autre de l’horizon voilé et dévoilé par l’intermittence de la neige.» J’allais confiant avec le bataillon Thaelman pour combattre et vaincre le fascisme… Pourtant, je ne bougeais pas de ma chambre où parfois un rayon égaré de la lune incendiait mon rêve.

    Hier matin, j’ai pensé à ce chef d’œuvre de la littérature française. Il me contait, une fois de plus, une sale guerre qui a continué, après son dénouement, à faire des victimes de l’autre côté de nos « montinas ». Ce livre m’a révélé. Sans que je ne comprenne vraiment son message caché, il m’a révélé que ma vie serait peuplée de livres, vouée à l’écriture.

    Pendant deux jours, Pau accueille le ban et l’arrière-ban de la pensée française et parisienne... « Perqué non ? » N’ayons pas peur de nos mots et des leurs. La littérature est devenue, elle aussi, une étrange marchandise. Je n’ai jamais envisagé qu’elle y échappât.

    En revanche, il existe encore des auteurs qui, dans le sillage de Malraux, font encore honneur à la littérature qui vous assène un grand coup dans le ventre. Voire dans la gueule ! J’en citerai quatre : Pierre Bergounioux, Annie Ernaud dont je viens de lire son cinglant Les Armoires vides (3), enfin, Bernat Manciet et Max Rouquette, tous deux partis de « l’auta part », à qui je dois d’avoir toujours essayé... Nul n’en parle ou lorsqu’on le fait, c’est pour les noyer dans la mare nauséabonde du régionalisme à la petite semaine.

     

    1. Lanza del Vasto, Folio 5769

    2. Folio, 20.

    3. Folio, 1984