UA-64077478-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ACERÀ, HÈRA LUENH

Qu’ei sideraument paradoxau de véder las nostas eleis lhevar los uelhs de cap taus soms-cèus, puish càder de la lua, en seguint los espleits de Rosetta e Philae, au cap de dètz ans d’errança près de la cometa Tchouri, e en medish temps, de constatar que los nostes prescriptors e s’i veden las estelas entà esmiraglà’s de las vitas qui, per minusculas qui sian, e hèn ua umanitat sancèra. Per segur, que soi estat jo tanben estomagat per aquera proessa scientifica e tecnica shens precedent dont l’Euròpa e’s pòt arregaudir. A ras de nosta tèrra que vivem vos e jo. Entermiei nosautes, dauvuns, un sarròt tà plan díser, que temptan de i subervíver. Au ras d’aquò, non voi pas ací contestar lo deuben qui’ns hè de saunejar, que’ns cau tiéner (se temptar e’s pòt) los dus caps de la còrda. Bernanos que disè que los òmis e descobrim lo cèu en pishant. Los nostes conciutadans e i pausan enqüèra l’espiar ? Lo còsmos, aqueth etèrne infinit on las nostas pensadas e’s pèrden e s’estareishen, e’ns diserà çò qui s’ei hèit de nosautes ? Plan incapable que soi de i respóner. S’ac hasí, que’m preneràn per un hòu o un illuminat. Eh donc, que voi estar enqüèra lo mainatge qui demorava òras de temps a arremirar la vòuta estelada per bèths cèus d’ivèrn, quan lo hred intense e purificava l’aire e qui la pollucion non hasè pas empach a la mia observacion perdedissa. Que voi estar l’adolescent esmudit e captivat per 2001, a space Odissey. Ací baish, cada minuta qu’amia lo son seguici de mauparadas : « triste ei lo cèu, trista ei la tèrra ». Lo bonur, qué que’n digan uns quants, qu’a en execracion los conformismes, la faussa patz qui gereish la passivitat. Lo cèu ne’ns sembla pas mei d’estar un recors. Lhèu un ecran gigant intersiderau qui rebat los nostes volers hòus e mei que mei las nostas desmesuras dessenadas.

 

 

 

Il y a un paradoxe sidéral à voir nos élites lever les yeux vers les nues pour en tomber brutalement, en suivant les exploits de Rosetta et Philae, après dix années d’errance, près de la comète Tchouri et à constater que nos prescripteurs ont toutes les peines du monde à s’émerveiller des vies minuscules qui font pourtant une humanité sincère. Bien sûr, j’ai été, moi aussi, stupéfait par cette prouesse scientifique et technique sans précédent dont l’Europe peut se féliciter. Au ras de notre terre, nous vivons vous et moi. Certains d’entre nous, ils sont légion, tentent d’y survivre. À côté de cela, je ne veux pas être l’empêcheur de rêver en rond, il nous faut tenir (si tenté la chose est possible) les deux bouts de la corde. Bernanos disait que les hommes découvrent le ciel en pissant. Nos concitoyens y posent-ils encore leur regard ? Le cosmos, cet éternel infini, où nos pensées se perdent et s’épuisent, nous dira-t-il ce que nous sommes devenus ? Je suis bien incapable d’y répondre. Le ferais-je, on me prendrait pour un fou ou un illuminé. Et bien, je veux être encore l’enfant qui restait des heures à contempler la voûte étoilée certains soirs d’hiver lorsque le froid intense purifiait l’air et que la pollution ne faisait pas obstacle à mon observation divagante. Je veux être l’adolescent troublé et captivé par 2001, l’odyssée de l’espace (1). Ici-bas, chaque minute amène son cortège de déconvenues « triste ei lo cèu, triste ei la tèrra » (2). Le bonheur, quoiqu’on en dise ici ou là, exècre les conformismes, la fausse paix qui gère la passivité. Le ciel ne semble plus être un recours. Peut-être un écran géant intersidéral qui reflète nos désirs insensés et surtout nos folles démesures.

 

 1. Film de Stanley Kubrick, 1968.

2. Triste est le ciel, triste est la terre, de Simin Palay. Poème chantée par les Pagalhós et bien d’autres groupes polyphoniques béarnais.

 

 

Les commentaires sont fermés.