UA-64077478-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

QUAN LAS AUCAS AJAN UA CRESTA !

 

Qu’espièi l’aute dia sus Arte, un documentari consacrat aus volcans de tipe ‘hawaiian’. Enlobatant. Enfin, entaus qui non cedeishen pas, a la medisha òra, aus ahups boharòcs de las serenas deu gran jornau de Canal + o de la 5 on s’i hè Na Lapix, de Donibane Lohizune (1). Aqueths volcans, còp sec que surgeishen au bèth miei deu mau nomat Ocean pacific e que barrejan, mes e annadas de seguida, los lors milions de mètres cubics de lavas entà hargar, fin finala, ua navèra isla de tèrra fèrma. Anatz saber perqué e vs’embarqui brutaument tà l’isla de Maupiti, dens l’archipèla de la Societat (sic), en Polinesia francesa (2) ? De véder, un còp de mei, conflictes ligats a amainatjaments (deu territòri?) violentament condemnats per ua navèra generacion de joens contestataris ? La paishèra de Sivens que n’ei lo darrèr e tragic exemple. En efèit, que crei que tau un volcan d’aqueth ordi, un monde navèth ei a espelir per devath lo monde ancian. Que possa la soa lava shens qu’arrés ne s’avisen de la soa volontat de nàisher, totun. Que’s manifèsta, sobte, tau un volcan subversiu, entà’ns contar l’extraordinària e estrangladera destinada d’un monde globalizat. De segur, lo vielh monde, que sia periferic o metropolitan, agricòla o urban, a tota fòrça que tempta de’u har rampèu. Desbrombadas las alèrtas passadas — que pensi a Notre-Dame-des-Landes e, plan abans, a Creys-Malville e, mei endarrèr enqüèra, au Larzac t’on anèi bèths dias a — lo vielh monde que s’i torna com en 14… Qu’accèpta los bruts de l’erupcion luenhèca, puish que’s torna trompar. Qu’ei atau : çò de sordeish qu’ei tostemps çò de passat. Fukushima n’a pas servit de leçon e lo desreglament climatic que tira camin. Quan seram capables d’aubrir los uelhs entà espiar çò d’ineluctable ? Quan las aucas ajan ua cresta ?

 

 

 

 

(1) Sent Jan de Lutz.

 

(2) A 40 km a l’oèst de Bora Bora.

 

 

 

 

 

La Sant glinglin…

 

J’ai regardé l’autre jour sur Arte, un documentaire consacré aux volcans de type « hawaïen ». Fascinant. Enfin, pour ceux qui ne succombent pas, à la même heure, aux appels désordonnés des sirènes du grand journal de Canal + ou de la 5 où officie Mme Lapix, de Donibane-Lohizune (1). Ces volcans surgissent illico presto au beau milieu du mal nommé océan pacifique et déversent, pendant des mois et années, leurs millions de mètres cube de laves pour former, in fine, une nouvelle île de terre ferme. Allez savoir pourquoi je vous embarque sans ménagement vers l’île de Maupiti, dans l’archipel de la Société (sic), en Polynésie française (2) ? En voyant, une fois encore, après maints conflits liés à des aménagements (du territoire ?) violemment désavoués par une nouvelle  génération de jeunes contestataires. Le barrage de Sivens en est le dernier et tragique exemple. En effet, je crois qu’un monde nouveau est en gestation sous le monde ancien. Il pousse sa lave sans que nul ne s’avise de sa volonté de faire enfin surface. Il se manifeste, intempestivement, tel un volcan subversif, pour nous conter l’extraordinaire et terrifiante destinée d’un monde globalisé. Bien sûr, le monde ancien, qu’il soit périphérique ou métropolitain, agricole ou urbain, tente par tous les moyens de lui faire barrage… Oubliées les alertes passées — je pense à Notre-Dame-des-Landes et, bien avant, à Creys-Malville et, plus loin encore, au Larzac où je me rendis — le vieux monde repart comme en 14… Il s’accommode des rumeurs de l’éruption lointaine et continue de plus belle dans ses errements. C’est ainsi : le pire est toujours derrière nous. Fukushima n’a pas servi de leçon et le dérèglement climatique va bon train. Quand serons-nous capables d’ouvrir grand nos yeux sur l'inéluctable ? « Quan las aucas ajan un cresta ! » (3)

 

Les commentaires sont fermés.