UA-64077478-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

THAT’S LIFE !

Ger matin, que me’n vau tau supermercat quan, còp sec, suu parking, que contrapassi un ancian companh deu licèu. Après los cortesias costumèras, qu’arriba lo passat o meilèu la puta de nostalgia. « Qué hès adara ? » « Tè, tu tanben ! ». Apuish, lèu qu'irrueish la crisi ! Que’m con.hèssa la soa pena. La soa destressa. Lo son hilh, Pau, 27 ans, qu’ei despuish tres ans au caumatge. Que passè lo son bac, que pesquè un diplòma universitari. Despuish ençà, que son tribalhòts e guinhòras Lo hilh, tornat en çò de « papà e mamà », que’s barra a casa dens la culpabilitat e lo pair, dejà còrmacat, dens la soa. Los mots. Quaus mots ? Quin aconortà’u ? Ne hèi pas arren, qu’avii un arriset. E’u ved ? Que’m merceja en possant lo son caddie de cap tà l’auto. Un signe de man... Un cèu shens crums. Enqüèra un dia tròp caut qui non m’agrada. Que’m torna díser que, uei, França e compta mei de cinc milions de caumaires. Lo mau qu’ei pregond. Trenta ans e nat remèdi eficaç n’ei pas estat trobat. Vertat que l’Extrèma-dreta dab la soa violéncia e la soa demagogia hòra mesura, la Dreta, lo Centre, l’Esquèrra, l’Extrèma esquèrra, que’ns disen las lors solucions. La corba deu caumatge que’us nharga. Que puja e que cela èstes de carn e d'òs. Nostes semblables. Mes çò qui s’enten ? Sarkozy que’us vòu har tribalhar ? Malaja, n'ei pas lo sol.Çò qui n’èi pas entenut ! E nosautes, de nse n’acomodar. Que clucam, en esperant un miracle. En vaganaut, qu’ei tot vist e espiar-nse a desplegar la « crisi duradissa ». Qu’estrema, qu’espudeish, qu’empraubeish. Que dessepara. S’ei plan un crimi contra los ciutadans d’aqueth país, qui’n son los vertadèrs autors ? Que’us coneishem. De segur, e totun… que demoram tròp sovent los braç brandants. Aqueths caumaires que volerén saber perqué non tròban tribalh ; perqué lo coratge e l’imaginacion non son pas mei au poder ? Perqué ne’us balhan pas ua navèra possibilitat ?

 

C'est la vie !

 

Je me rends hier matin au supermarché lorsque, soudain, sur le parking, je croise un ancien compagnon du lycée. Après les amabilités coutumières, vient le passé ou plutôt la garce de nostalgie. « Que fais-tu maintenant ? » « Tè, toi aussi ! ». Puis, vite la crise fait irruption ! Il m’avoue sa peine. Sa détresse. Son fils, Paul, 27 ans, est depuis trois ans au chômage. Il a passé son bac, décroché un diplôme universitaire. Depuis lors, ce sont petits boulots et « galère ». Le fils revenu chez « papà e mamà » s’enferme dans la culpabilité et le père, déjà abîmé, dans la sienne. Les mots. Quels mots ? Comment le réconforter ? Je n’en fais rien, esquisse un sourire. Le voit-il ? Il me remercie en poussant son caddie vers sa voiture. Un signe de la main... Un ciel sans nuages. Encore un jour trop chaud à mon goût. Il me redit que la France compte aujourd’hui plus de 5 millions de chômeurs. Le mal est profond. Trente ans et nul remède efficace n’a été trouvé. Certes, l’Extrême-droite avec sa violence et sa démagogie outrancière, la Droite, le Centre, la Gauche, l’Extrême gauche, avancent leurs solutions. La courbe du chômage les nargue. Elle monte et cache des êtres de chair et d’os. Nos semblables. Mais qu’entend-on ? Sarkozy veut les faire « tribalhar » ? Hélas, il n’est pas le seul. Que n’ai-je pas entendu ? Et nous, de nous en accommoder. Nous fermons les yeux, espérant un miracle. « En de batles » (2), il faut nous rendre fissa à l’évidence (c’est loin, je vous l’assure) et regarder se déployer la « crise durable ». Elle isole, exclut, appauvrit. Sépare. Si c’est bien là un crime contre les citoyens de ce pays, qui en sont les auteurs véritables ? Nous les connaissons. Bien sûr, et pourtant… nous restons trop souvent les bras ballants. Ces chômeurs voudraient savoir pourquoi ils ne trouvent pas du travail ; pourquoi le courage et l’imagination ne sont plus au pouvoir ? Pourquoi on ne leur redonne pas une nouvelle chance ?

 

 

 

 

Commentaires

  • E òc lo capitalisme estrissa los òmes e las femnas, es aital, la luta de classa amb tota sa realitat, cossi ne pas la veire. Mas desbrembèm pas la paraula de Marx: "lo capitaliste vendrà la còrda que lo penjarà" o quicòm pròche. La revòlta es una question de dignitat per l'umanitat !

Les commentaires sont fermés.