UA-64077478-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

N'en jetez plus ! / Lo tròp qu'ei tròp !

 

Aquesta arrèrsason que sembla d’aver arrèrpensadas climaticas. Que’m soi gahat a marchar. Que camini dongas, sudant, shens nada auta tòca que de bruslar calorias. E n’èi perdut ? Dilhèu. Cada dia, devath un só haut e hissant, que bordegi lo gave, lo men vielh companh d’infortuna ; que trauqui ua saliga tostemps preservada. Un no man’s land temperat on las vaquetas an enqüèra lo lor paradís. Aqueths petits viatges que m’an hèit totun descobrir l’ombra deu tablèu. Que i èi trobat totas sòrtas de recipients plastics qui an servit, botelhons (mei que mei de bièrra), panèths, sacs lordèras, getats intencionaument dens un praube segassar. L’aute dia, que trebuquèi un pantalon shens aviéner ; mei enlà, rèstas d’un repaish arribat tot dret deu fast-food deu parçan… Dia per dia, la lista que s’ei alongada. Que i mancava bessè lo mamifèr omnivòr de Prévert. Qu’èi encontrat dinc a ua maquina cafè abandonada a la soa trista destinada. Los bòrds deus arrius, los bòscs, las rocadas, rotas e autorotas que son suu medish vaishèth. Los causas deishadas que’s multiplican. Que prolifèran. Que’s mesclan, cada minuta, a la nosta vita vitanta. « Getatz tà la caisha lordèras verda, jauna, getatz ; que’n sobrarà tostemps quauquarren ! » Tot qu’ei getader o que’n vad. Aus prumèrs aigats, aqueth fatràs que s’arretròba au gave, de cap tau Gòlfe de Gasconha, puish qu’ei carrejat peus corrents marins tà juntar lo continent de plastic qui un monde consumerista e irresponsable e neureish shens cès ni pausa. Que vs’ac con·hèssi, l’avossi avut enter las mans, que l’aurí getat, tau prumèr varat, lo libe (e seré un libe?) de l’èx-prumèra dauna de França. Malaja, longtemps non seré demorat en deseréncia. Dauvuns que l’aurén reciclat illico presto !

 (1) http://www.maxisciences.com/continent-de-plastique/

 

Cette chaude arrière-saison semble avoir des arrières pensées climatiques. Je me suis mis pourtant à marcher. Je chemine donc, suant, sans autre objet que de brûler des calories. En ai-je perdues ? Peut-être. Chaque jour, sous un soleil haut et éclatant, je longe le gave, mon vieux compagnon d’infortune ; traverse une saligue encore préservée. Un « no man’s land » tempéré où « las vaquetas ont encore leur paradis. Ces petits voyages m’ont fait néanmoins découvrir l’ombre du tableau. J’y ai trouvé toutes sortes de récipients plastiques usagés, canettes (de bière, surtout), couches culottes, sacs-poubelle jetés intentionnellement dans un pauvre « segassar ». L’autre jour, j’ai trébuché sur un pantalon sans avenir ; plus loin, les vestiges d’un repas venant du fastfood local… La liste s’est allongée, jour après jour. Y manquait sans doute le mammifère omnivore, cher à Prévert. J’ai même rencontré une machine à café abandonnée à son triste sort. Les bords des ruisseaux, les bois, les rocades, routes et autoroutes sont logés à la même enseigne. Les objets délestés se multiplient. Prolifèrent. S’immiscent, chaque instant, dans notre quotidien. « Jetez à la poubelle verte, jaune, jetez ; il en restera toujours quelque chose ! » Tout est jetable ou le devient. À la première crue, ce fatras se retrouve dans le gave, direction le Golfe de Gascogne puis est charrié par les courants pour rejoindre le continent de plastique (1) qu’un monde consumériste et irresponsable alimente sans cesse. Je vais vous faire un aveu, si je l’avais entre les mains, j’aurais balancé, dans le premier « varat », le livre (est-ce un livre ?) de l’ex-première dame de France. Hélas, il ne serait pas resté longtemps en déshérence. D’aucuns l’auraient recyclé illico presto !

© Sèrgi Javaloyès - La République des Pyrénées, chronique du samedi 13 septembre 2014.

 

 

 

Commentaires

  • Eh bien, ça marche très bien,
    un rêve, quoi !
    marie-claire

  • Chère Marie-Claire,

    Je te remercie mille fois de ton message. En effet, ce fut un rêve éveillé lorsque j'ai eu à savourer les premiers commentaires constatant ainsi que le blog était arrivé à bon port.
    Je lis ton texte sur les rêves dans L'Òra de partir. Je te dirai. Je te remercie bis repetita pour cette initiative.

    Lo poton

    Un autre à Guiton

    Sèrgi (e tota la familhòta)

Les commentaires sont fermés.