UA-64077478-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La poésie du gérondif

Har clapet clapet

Qu’ei Jan Luc Landi, un deus qui, dab jo, e hèn anar la revista Reclams, qui’u me conselhè. Que’u me crompèi a las prumerias deu mes de julhet. De segur, que’u lejoi de tira. Tròç a tròç, com se sabora ua glaça de vanilha quan la calor totun e honeish sus la nueit doça qui cad, a plasers, suus terrèrs. Qu’ei de segur un obratge sus las lengas e tot çò qui las acompanha e las entorneja. Entaus a qui agrada la lingüistica shens que’n sian especialistas, qu’ei lo libe a léger a tota fòrça. N’ei pas briga un d’aqueths obratges avegius, soventòtas “hartants”, qui’vs dan l’impression de har esfòrç de non pas créder, e qui fin finala e deishatz sus quauque tauleta provassuda. Non, briga. L’autor, Jean-Pierre Minaudier, que sap utilizar l’humour (qu’ei, totun, un especialista reconeishut) entà ns’auherir e ensenhar un hèish d’informacions qui pertòcan aus milèrs de lengas qui viven o suberviven enqüèra sus tèrra. Que’u conselhi, en especiau, aus nostes lingüistas (occitans…) obsessionaus qui mancan tròp sovent de distància entà espiar los objèctes deus lors estudis com èstes umans dab las lors transformacions continuaus, las lors contradiccions, la lor destinada. Un obratge seriós e documentat on l’experiéncia de l’autor e permet au recit, per’mor qu’ei un beròi recit, de díser ua aventura lingüistica vertadèra, ua aventura sus la quau n’aví pas lejut arren dinc adara. Ua meravilha d’erudicion e d’escritura entà’ns contar çò qui las lengas e marmusan a d’escurs.

C'est Jean-Luc Landi qui me l'a conseillé. je l'ai acheté aux premiers jours de juillet. Bien sûr, je l'ai lu immédiatement. Petit à petit, en douceur, comme poesie-du-gerondif.jpegse savoure une glace à la vanille lorsque la chaleur enfin s'évanouit avec la nuit douce tombant sur les coteaux. Pour ceux qui aiment les langues et tout ce qui les accompagnent et les entourent, c'est le livre à lire impérativement. Ce n'est pas un de ces ouvrages ennuyeux, très souvent "mortels" qui vous donnent l'impression de faire un effort incroyable pour finalement les abandonner sur quelque étagère poussiéreuse. Non pas du tout. l'auteur, Jean-Pierre Minaudier, sait utiliser l'humour (c'est un spécialiste reconnu) pour nous offrir et apprendre une foule d'informations qui concernent toutes les langues qui continuent à vivre encore sur terre. je le conseille tout particulièrement à nos linguistes (occitans...) obsessionnels qui ne prennent pas assez de recul pour regarder les objets de leurs études comme des êtres vivants avec leurs incessantes transformations, leurs contradictions, leur destinée. Un ouvrage sérieux et documenté où l'expérience de l'auteur permet au récit, car c'est un beau récit, de dire une aventure linguistique véritable comme je n'en avais lu jusqu'alors. Une merveille d'érudition et d'écriture pour nous conter ce que les langues nous murmurent en secret.

Un tròç/un extrait : "(...) L'étude des grammaires nous apprend encore que les concepts de droite et de gauche, qui sont relatifs (on est toujours à droite et à gauche de quelque chose) n'ont rien d'universel : certaines langues possèdent des systèmes d'orientation absolus, comme le taba, langue austronésienne parlée au large d'Almahera, en Indonésie, où l'on distingue "le côté de la mer" et le "côté de la terre" (les locuteurs du taba habitent les côtes d'une île, laquelle est ronde — il ne s'agit donc pas de points cardinaux). On ne dit pas "Les cigarettes sont à gauche (ou à droite) de la chaise, mais Tabako adia kurusi ni lewe lema, "Les cigarettes sont du côté de terre par rapport à la chaise", ou Tabako adia kurusi ni laelama pope, "Les cigarettes sont du côté de lamer par arpport à la chaise"  : chacune de ces phrases veut dire "à doite" ou "à gauche" selon la position du locuteur. Cela ne signifie pas que les locuteurs du taba perçoivent l'espace différemment de nous : avec les deux systèmes, on aboutit exactement aux même résultats en termes de communiaction — encore heureux. (...)

Jean-Pierre MINAUDIER, Poésie du gérondif, Le Tripode, Paris, 2014, 14,70 euros - isbn 9782370550163.

Les commentaires sont fermés.